• La philosophie est-elle indispensable ?

    Beaucoup de gens ne s’intéressant pas à la philosophie disent qu'ils ne sont "pas fait pour" ou qu'ils ne "sont pas des philosophes" ou bien qu'il ne sont "pas assez intellectuel pour comprendre ou chercher".

    Seulement je pense qu'ils se trompent. Toute personne se demande un jour ou l'autre quel est le sens de la vie, qu'y a-t-il après la mort, qu'est-il arrivé le premier : l'oeuf ou la poule, sans forcément faire une thèse sur toutes ses questions, mais juste de se les poser. Parce-que l'homme est philosophe et qu'on ne peut pas vivre sans philosophie. Parce que l'homme est fait pour se poser des questions, essayer d'y répondre.

    Posez vous la question,

    La philosophie est-elle indispensable ?

    Et n'oubliez pas, il n'y a pas de vérité première, mais seulement des erreurs premières!(Gaston Bachelard). À chacun son avis, à chacun sa recherche, mais restez ouvert sur d'autres possibilités !

    Maddy


  • Commentaires

    9
    Mercredi 13 Juin à 17:04

    Oui bien le bonsoir! Une rubrique philo sur un blog :o
    ... je suis étudiant en philosophie ._. et le nombre de gens qui me disent qu'iels "n'aiment pas les débats" (euh pardon d'essayer d'avoir une conversation avec toi) ou qu'iels "ne sont pas fait.e.s pour la philo" (ah donc ce n'était pas toi l'enfant pénible qui demandait toujours pourquoi?)... Damn, tu t'es jamais posé une question?!

    En tant qu'impliqué assez lourdement dans la philosophie, donc, je suis assez content que le ton général de ton article reflète ma pensée: tout le monde peut faire de la philo, ce n'est pas un truc d'intello paumé.e, ce n'est pas hyper spécifique. C'est vrai que certaines personnes ont écrit des livres si compliqués que je me demande s'iels ont vraiment compris ce qu'iels ont écrit que c'est assez rébarbatif quand on tombe dessus par hasard, mais la plupart des textes sont accessibles et il suffit de creuser un peu pour pouvoir nourrir une réflexion super intéressante, parfois à partir d'une seule phrase!
    Alors à moins de n'avoir aucune curiosité et/ou de ne pas du tout aimer utiliser son cerveau... ben la philo c'est pour tout le monde. Et puis comme tu l'as dit, la philo propose des réflexions pour amener des éléments de réponse à pas mal de questions, pas mal de "pourquoi" et pas mal de "comment" aussi!
    Bon. J'aime la philo. Et je déteste qu'on me prenne pour un intello paumé ^^

    EDIT: après ce qu'a dit Cirilla est pas idiot. A la base, la philosophie avait vraiment pour objet en gros la quête du bonheur. Mais selon les définitions, les contextes et les époques, on peut lui donner des objectifs et des sens différents. Après il me semble que d'après les différents domaines qui en relèvent, le centre de la philo c'est la recherche de la vie la meilleure, quel que soit le critère du "meilleur".

      • Jeudi 14 Juin à 14:23

        C'est vrai que si on pense qu'on n'est pas capable ou qu'on ne vaut pas le coup ou qu'on est moins bien, ça marche aussi... d'ailleurs les clichés ont une influence dessus, on se sent menacé.e quand le cliché envers nous est négatif (ex: "les filles sont mauvaises en maths" menace les filles quand il s'agit de faire des maths).
        C'est clair que les notes ne reflètent rien du tout, j'avais mis ça dans un de mes coups de gueule y'a 2 ou 3 ans ^^' en fait les notes sont complètement random parce que les profs notent pas tous les uns les autres, ni selon les mêmes critères, du coup... ben... au final on n'a aucune idée de ce que ça veut dire sans les remarques du prof, et le truc c'est que parfois les remarques veulent pas dire grand chose (les "pertinents" ou "non-pertinent" auxquels tu faisais allusion... ._. parce que: oui mais pourquoi?)
        Les mauvaises notes peuvent aussi être dues au fait que le système de notation n'est pas adapté à la personne, ça lui permet pas de faire ressortir ce qu'elle a appris :/
        Mais par contre c'est vrai qu'elles jouent sur notre estime de nous alors qu'elles devraient pas. C'est vrai que les TPE sont une bonne façon de permettre à des élèves d'apprendre quelque chose, par contre pour moi ça avait été horrible parce qu'on savait pas quoi faire, les sujets nous intéressaient pas et on a fait un truc extrêmement nul sur quelque chose dont on se fichait :/ donc au final quelle que soit la démarche dans laquelle on apprend, si on te met des coups de pression et qu'on te compare sans cesse aux autres pour te rabaisser c'est pas la peine quoi, autant faire un CM.
        Autant en philo, je pense qu'au niveau de l'histoire de la philo qui permet de se constituer un bagage de références tu peux être acteurice dans le sens où tu poses des questions qui font avancer le cours, après on n'a pas forcément d'idée ou on ne sait pas où est-ce que le texte va alors on regarde juste, c'est aussi des choses qui arrivent. Mais c'est vrai que c'est dommage que l'on ne fasse pas plus de débats ouverts où on peut vraiment faire de la philo où on va réfléchir et partager nos idées. Au niveau de la disserte, je pars d'une définition pour ma part, donc j'essaie de puiser un max dans ce que je sais (parce que je suis timide et les gens autour de moi sont pas forcément dans le truc et vont pas forcément vouloir me répondre ._.) et notamment c'est ici que je vais étaler les rèf, puis pouvoir réfléchir dessus soit avec d'autres ref, soit avec mes propres idées, ça dépend si je suis en partiel ou pas ^^'

        C'est vrai que c'est super dommage, d'autant que c'est vraiment le truc qui va permettre d'arrêter d'assomer les gens avec des infos tout le temps, et d'avoir l'esprit libre pour penser à des choses, se questionner et réfléchir ._. C'est pour ça que être prof de philo pour moi c'est la matière où ça vaut le plus la peine d'être prof parce que tu peux voir les raisonnements des élèves et tout, et réfléchir avec elleux sur des trucs où iels peuvent se sentir concerné.e.s.
        Avec plaisir en tout cas ^^

      • Jeudi 14 Juin à 14:03

        Je partage totalement ta théorie selon laquelle nos capacités à faire telle ou telle chose est complètement conditionnée par la vision que l'on a de la chose (philosopher et tout le reste), mais aussi de nous même. Par exemple pour moi une personne qui a de mauvaises notes en cours n'a pas de mauvaises notes parce que ses capacités sont moins importantes mais parce qu'elle s'est persuadée au fil des années que ses capacités étaient moins importantes que les autres. Et souvent on se persuade de ce genre de truc à cause des notes, de notre réussite aux examens etc. C'est pour ça que je suis d'accord avec toi sur le fait que les logiques d'apprentissages qu'on connait la plupart du temps sont inopérantes. Les notes font croire aux élèves qu'ils sont nuls alors qu'elles sont faites pour avoir une vision globale de notre avancement dans l'apprentissage de quelque chose. De plus pour que l'apprentissage soit efficace et surtout ait du sens il faudrait que les élèves posent eux même les objectifs et se donnent les moyens de les suivre de manière autonome (je pense par exemple aux TPE qui sont bien plus stimulants qu'un cours magistral qui même s'il n'est pas toujours soporifique met l'élève dans une position plutôt passive). Et je pense qu'en philo c'est une question particulièrement importante car pour moi c'est une matière où il faut être actif et non passif. Je ne sais pas si c'est très clair mais pour moi philosopher c'est avant tout débattre. Par exemple avant de commencer à faire une dissertation je pose toujours des questions à mes amis ou ma famille pour leur demander ce qu'ils en pensent, et j'enclenche la discussion qui me permet ensuite d'établir les prémisses d'une réflexion  sous forme de dissertation. Et c'est à ce moment là où j'apprend vraiment des concepts et des définitions : parce que j'en ai vraiment besoin et donc ce que j'apprend a un réel sens. Enfin après je ne dis pas que les cours magistraux sont complètement bidons puisqu'ils permettent quand même de stimuler des questionnements.

        Je suis complètement d'accord que la réaction des adultes à propos du fait que réfléchir 1/ça ne sert à rien 2/c'est inaccessible , est inappropriée. Je trouve ça vraiment dommage qu'il y ait une telle image de la philo, c'est pour cela que je trouve ça super qu'on puisse en discuter sur un blog et ne pas avoir peur de faire de la philo en dehors des cours ! Parce que s'il y a une matière qui n'est pas scolaire c'est bien la philo. C'est pour ça que je pense que ça doit être dur d'être prof de philo, parce que ce n'est pas une matière comme les autres: il ne suffi pas d'enseigner quelque chose aux élèves, il faut leur donner le goût du questionnement, essayer de leur ouvrir l'esprit, et c'est vrai que ça doit être passionnant ^^. 

        En tout cas merci beaucoup pour tes messages ! 

        Aure

      • Jeudi 14 Juin à 11:35

        Je faisais un tour, j'ai vu philo j'ai fait "hummm, des gens à embêter" x) du coup si votre blog est amorphe, je suis d'autant plus content d'avoir reçu des réponses de votre part!

        Nous en licence, on a un bon paquets de cours magistraux autour de l'histoire de la philo -qui constitue effectivement l'essentiel des cours de philo en terminale, quelle que soit d'ailleurs la filière, et je suis d'accord pour dire que c'est de là dont vient l'aversion pour la philo, car en terminale, il y a le bac, et sans mauvais jeu de mots cette année de m* est interminable.
        Pour moi de toutes façons le système scolaire dans son état actuel ne fonctionne pas selon une logique d'apprentissage pertinente. Toutes les études de psychologie auxquelles j'ai eu accès prouvent que durant l'apprentissage, certaines techniques sont absolument délétères (et même plus tard que lors dudit apprentissage): l'installation d'un esprit de compétition, les coups de pression... alors que la "croyance populaire" (croyance populaire, mon oeil) prétend tout l'inverse, que ça va stimuler les personnes et qu'elles apprendront mieux. Alors que... non ._.
        Cependant, pour mon premier contact avec la philo, j'ai eu de la chance (et plus ça passe, plus je m'en rends compte) d'avoir un professeur génial avec qui les cours de philo étaient des cours où j'étais super content d'aller. On discutait de trucs, le prof nous exposait les arguments d'un type et on y répondait, du coup c'était une expérience enrichissante et stimulante (je me rappellerai toujours de Platon et des maths ._.).

        Après, j'ai une théorie qui veut que plus tu penses qu'un truc est totalement incompréhensible, moins tu vas comprendre des choses, car ton cerveau se met dans une démarche de "je comprends rien, donc j'y arriverai pas, donc ça sert à rien" et dans cette disposition, tu ne peux pas apprendre parce que tu résistes toi-même à ce qui est écrit ou dit... Pour moi ça se vérifie en tout cas ^^ je ne sais pas si une étude a été menée sur ça spécifiquement.

        Aussi, comme la disposition d'esprit la plus courante autour de moi par rapport à la philo est que c'est un truc extrêmement compliqué et spécifique, que personne n'y comprend rien etc. eh bien les gens ne peuvent pas s'y intéresser, puisqu'iels se mettent dans une disposition où iels ne peuvent pas apprendre: iels se bloquent elleux-mêmes. Alors que non, pas du tout ._. arrivé.e.s en L1, la plupart d'entre nous n'avaient que de vagues (voire aucune) notion philosophique, y'avait quelques passionné.e.s mais dans l'ensemble, c'était pas brillant, pourtant si on enlève les gens qui se sont réorienté.e.s, une bonne partie d'entre nous a réussi avec succès (plus ou moins éclatant, le succès, mais même).

        Par contre, je pense, Aure, que la démarche des adultes autour de toi, qui disent aux jeunes d'arrêter de réfléchir, n'est pas bonne. Parce qu'elle t'habitue à ne pas réfléchir, à laisser couler les choses, à être passive et à ne pas poser de questions ni penser par toi-même. Au final, dans cette démarche, tu ne penses même plus à poser les questions, tu es juste là et tu subis sans même avoir l'idée de te demander pourquoi parce que ton esprit est accaparé par tous les trucs que tu "dois" faire (omg le gaz, est-ce que j'ai fait les courses, faut que j'appelle machin.e, faut que je range ceci, faut que je nettoie, faut que je...) et au final t'as même plus la place pour "pourquoi?". Pourquoi faut-il appeler bidule? Pourquoi faut-il faire les courses? Pourquoi faut-il ranger telle pièce, nettoyer tel truc? Pourquoi? Pas comment, note.
        Pourquoi faut-il faire tout cela? Pourquoi est-on si pressé.e.s? Pourquoi se met-on une telle pression?
        La pression est délétère et détruit l'envie de penser parce que tu stresse. Les adultes sont stressés par la vie et par tous les trucs qu'iels ont à faire.
        C'est pareil quand tu arrives au lycée et qu'on te tombe dessus comme une tonne de briques: LE BAC!! Et on te met la pression. Et tu as des devoirs, tu dois aller voir machine pour les cours, tu dois rendre tel livre au CDI (by the way, tu es en retard), tu dois... tu dois... tu dois... y'a de quoi te dégoûter de n'importe quoi. Mais si on ajoute ça à l'image de la philo (truc inutile de vieux hibou à lunettes qui marmotte des trucs incompréhensibles dans sa barbe)... y'a de quoi ne pas donner envie à qui que ce soit de s'y mettre.
        C'est pour ça que je veux être prof de philo en lycée. Je veux être le prof que j'ai eu, qui te prouve que réfléchir c'est bien, que c'est intérssant et qui te donne envie de faire les choses que tu veux faire, et d'être acteurice de ta vie. Lors de mon premier cours de philo en terminale, je suis parti sur une bonne impresion. Quand j'ai fini mon année, c'était les seuls cours où j'avais vraiment envie d'aller, où je m'en foutais pas d'être en retard, où je me sentais vivant. C'étaient les seuls cours où on réfléchissait.

        J'me suis un peu emporté u.u en tout cas merci de m'avoir répondu o/ j'avais pas du tout vu la date :') j'ai juste sauté sur l'occasion de m'étaler ._. *est un sale*

      • Jeudi 14 Juin à 10:36

        Bonjour, je suis tout autant émue d'avoir encore des retours de notre blog, surtout des retours aussi enthousiastes et intéressants ! Pour ma part j'ai toujours aimé la philosophie. Même en primaire je me souviens qu'on posait une question dans la classe du style "C'est quoi l'amour ?" et on faisais passer un bâton de parole (ça m'a marqué^^). Mais cette année, avec mon entrée en terminale et ses fameux cours de philosophie, je crois que ma vision de la Philosophie en général a changé. 

        Pour moi la philo n'a jamais été une prise de tête, ça a toujours été un moyen de réfléchir sur des sujets de la vie, de se poser des questions sur soi même et sur le monde, d'échanger avec les autres (surtout!). Sans même l'appeler "philo" on le fait tous plus ou moins et c'est en se posant des questions qu'on réussit à comprendre la complexité du monde, qu'on relativise notre propre existence même... C'est pour ça que je ne comprenais pas pourquoi un certain nombre d'adultes autour de moi étaient autant en froid avec la philo. Combien de fois j'ai entendu : "Mais arrête de te triturer les méninges comme ça" ou "ça ne sert à rien que tu me pose la question je ne suis pas assez intelligent-e pour faire de la philosophie" ou encore "la philo c'est un truc de torturés de l'esprit" etc. Bref des phrases assez scandaleuses quand on y pense. 

        Je pense ( et c'est seulement mon avis personnel hein !) que les cours de philo de terminale en sont pour quelque chose là dedans. Car l'objectif de l'année en philosophie c'est de préparer l'épreuve de baccalauréat. Je pense que ça doit surement dépendre des prof de philo qu'on a eu au lycée mais surtout du temps que l'on a pour voir un "programme" imposé. En cours de philo l'objectif n'est pas du tout d'échanger des arguments, de mener une reflexion collective mais plutôt d'ingérer des concepts (à grands coups de cours magistraux en général). Bon en soi c'est plutôt bien car ça nous permet d'avoir un certain bagage du vocabulaire, de la culture et de l'histoire de la philo dans son ensemble. Mais le problème pour moi ce sont les notes. Nous sommes novices dans l'art de la dissertation de philo et on nous calque déjà des notes sur le front en distribuant des "Reflexions pertinentes" à certains et des "peu pertinent" à d'autres. Je trouve cela assez violent sachant qu'une dissertation (surtout la première) ne reflète pas du tout la capacité de reflexion d'une personne ou son intelligence (mais qu'est ce que l'intelligence les amis ?). Et je pense qu'une personne qui a travaillé plusieurs heures sur un travail et qui se retrouve avec un "peu mieu faire" ou une note médiocre c'est assez destructeur. Même sans le vouloir on prend la note pour soi on se dit "c'est ce que je vaux" ou en tout cas "c'est ce que valent mes copies, donc ça doit être ce que vaut ma reflexion". Inconsciemment (et moi la première) on s'identifie à tous ces jugements qui pourtant n'ont aucune importance (l'élève s'identifie aux retours du prof mais le prof aussi est influencé par ce que l'élève a déjà écrit auparavant ou même dit en classe. C'est peut-être choquant mais on ne peut pas faire autrement que d'être influencés par le nom en haut à gauche quand on est correcteur !).

        Et puis plus que de nous donner une mauvaise (ou bonne) image de nous même, ça nous donne une image fausse de la philosophie. La philo serait soit disant une discipline intellectuelle faite pour les "philosophes" et les érudis comme tu le dis. Bref on sacralise presque la philo alors qu'il n'y a rien de plus banal et de plus important dans la vie. (Par contre je suis tout à fait d'accord que l'acquisition de vocabulaire technique et de concepts compliqués est nécessaire pour aller plus loin !)

         Et voilà comment j'ai compris une fois arrivée en terminale la réaction vraiment bizarre des adultes.

        Aure

      • Elwin
        Mercredi 13 Juin à 21:57

        Ton commentaire nous fait super plaisir. Ça fait maintenant bien 2 ans que ce blog n'est plus actif et ça fait plaisir de voir qu'il est encore consulté. :)

        Et justement depuis ce temps, deux de nous trois sommes en terminale et passons notre bac de philo lundi prochain (mais c'est la troisième qui a écrit l'article, qui est encore en seconde ^^)

        Dans tout les cas je suis bien d'accord avec toi, et on a justement pu l'observer d'autant plus cette année avec les cours de philo :  beaucoup de personnes de notre génération rejette la philosophie avant même d'y avoir gouté... Je soutiens tout à fait le fait que les cours peuvent être des plus barbant d'autant plus quand du vocabulaire incompréhensible est utilisé... Mais ce n'est pas pour autant que LA Philosophie en générale est complètement nulle est totalement inaccessible à certaines personnes...

        Bref, merci pour ce commentaire qui a un peu réanimé ce blog quelque peu amorphe ces temps ci ^^

        Elwin

    8
    Cirilla
    Vendredi 19 Février 2016 à 16:42

    Déjà je pense qu'il est bon de se demander : qu'est ce que la philosophie ? (une question digne d'un sujet de fin d'étude ^^) Une démarche de réflexion, L'art de se questionner,la recherche de la vérité... et surtout:                                                         La quête du bonheur !                                                 

    Tant de choses indispensables à la vie en société, car outre le fait que l'on s'entoure de beaucoup de choses superficielles, la véritable quête de la vie, c'est tout de même le bonheur, le vrai ! Pas les petits plaisirs de la vie, le grand bonheur avec un grand B ! Un équilibre et un bien être parfait. 

    Donc, évidemment pour moi la philosophie est indispensable (et j'ai hâte de commencer cette matière si passionnante) ! D'une autre part, il est évident que certains malins aiment se torturer les neurones plus que la moyenne et c'est la que ça devient intéressant, car ça m'a l'air d'être une discipline avec pas mal de subjectivité et quand "les grands esprits se rencontrent" c'est certainement là le plus beau ! Comme c'est permis de le faire sur ce blog, alors un grand merci les filles et bon anniversaire à votre blog ! 

    Cirilla

      • Samedi 20 Février 2016 à 11:26

        Je suis plutôt d'accord avec toi, sauf quand tu dis que la philosophie est la recherche du bonheur. Selon moi, la philosophie est un moyen de chercher des réponses ou de trouver des questions, comme tu le dis, mais, si la question de la quête du bonheur est une question philosophique, la philosophie n'est pas QUE ça. Et je pense surtout que le bonheur et l'équilibre parfait ne sont pas une fin, car cela voudrait dire que le bonheur "arrêterait" la philosophie et comme je le dit plus bas, l'homme n'est pas un homme sans philosophie, donc le bonheur provoquerait la chute de l'humanité.

        Vois tu, moi je pense qu'un être humain qui ne philosophe pas ne peut pas être un être humain ! Évidement, selon moi tout le monde réfléchi, ( même les hommes préhistoriques pensaient ! ), ( Je prends le mot réfléchir au sens de se poser des questions plus ou moins simples et plus ou moins existentielles ), donc quelque part, tout le monde fait de la philosophie. Je pense que, au-delà de l'indispensable, la philosophie est une caractéristique de l'être humain. Il me semble que l'homme ne choisit pas de philosopher ou non, il le fait naturellement.

        Je pense aussi que certain(e)s hommes ou femmes ont remarqué cette capacité de l'être humain et l'ont poussé dans des réflexions compliquées.

        Voilà, selon moi, toute personne est philosophe !

        Et toi, qu'en penses tu ?

        Maddy

    7
    Mercredi 10 Février 2016 à 10:07

    Vraiment chouette ton article ! Il mériterait même d'être la présentation de la rubrique Philo ! En tout cas je suis totalement d'accord avec ton raisonnement !

    Aure

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :